Recettes traditionnelles

Un secret mexicain dans le quartier chinois de New York

Un secret mexicain dans le quartier chinois de New York

À la recherche de délicieux plats et boissons mexicains dans un endroit inattendu

Cuisine mexicaine secrète à Chinatown

La nouvelle cantina mexicaine la plus branchée de New York se trouve dans le quartier le plus improbable. Dans une ruelle difficile à trouver de Chinatown, vous devez chercher une porte sous un panneau trompeur pour un vieux restaurant vietnamien. En descendant un escalier, vous entrerez enfin dans Pulqueria, un petit bar-restaurant sexy créé par l'équipe derrière Apotheke (situé juste à côté).

Dans cette nouvelle vidéo de GloboMaestro, l'experte du centre-ville Laura Cooper Brown de The Bowery Hotel vous donne un premier aperçu de Pulqueria et explique comment ce nouveau point chaud fait découvrir à New York les joies des cocktails pulque.

Pour plus de conseils d'initiés sur New York, lisez les blogs de Laura et regardez plus de ses vidéos sur GloboMaestro.com, où les meilleurs concierges d'hôtels donnent le scoop sur le meilleur de leurs villes.


Gotham Gastronomy : 8 bouchées secrètes de New York

Avec 567 entrées, "Savoring Gotham: A Food Lover's Companion to New York City" sert un festin de connaissances gastronomiques pour les natifs de Gotham et les novices.

Édité par Andrew F. Smith et présentant les écrits de plus de 150 contributeurs, le tome comprend des entrées sur des aliments et des boissons remarquables, des restaurants et des bars, des sites et événements historiques, des cuisines, des personnalités et des marques des cinq arrondissements de la ville.

« Mentionnez la cuisine de New York, et la plupart des gens pensent aux restaurants chauffés à blanc du moment, avec leurs chefs célèbres avertis en matière de médias, leurs clients brillants et leurs prix exorbitants. Les restaurants haut de gamme sont depuis longtemps une partie passionnante du paysage culinaire de la ville, mais ils sont à l'extrémité du large éventail coloré des restaurants de New York », déclare Smith dans une introduction. "Les hauteurs étoilées sont des temples de la haute cuisine, comme Per Se et Le Bernardin, au bas de l'échelle, des chariots à hot-dogs et des camions à tacos mexicains à l'ancienne. Entre les deux, au cours des 300 dernières années, il y a eu toutes sortes de lieux de restauration : cafétérias, diners, luncheonettes, comptoirs de pharmacies, chaînes de restauration rapide, épiceries fines, cafés, cafés, bars à jus, beigneries, glaciers, bars à cocktails, bars de plongée et confiseries du coin, sans oublier les snack-bars des théâtres, supermarchés, marchés de producteurs, salles à manger de clubs sociaux, kiosques et distributeurs automatiques. Aujourd'hui, les New-Yorkais ont le choix entre plus de 50 000 restaurants.

Combinant l'histoire de l'alimentation avec les tendances culinaires actuelles, le texte explore abondamment les diverses cultures culinaires de la ville de New York, ainsi que ses contributions à la gastronomie mondiale. Un volume volumineux qui porte même un bagel new-yorkais sur la colonne vertébrale, il en fait un membre élégamment vêtu de toute bibliothèque gastronomique qui sera certainement référencé encore et encore. (Divulgation complète : je suis l'un des contributeurs du livre.)

Voici juste un avant-goût de "Savoring Gotham":

Alaska au four

Un délicieux amalgame de desserts, l'Alaska au four est un gâteau éponge garni de crème glacée et recouvert de délicats pics de meringue, dorés au four. Bien que nommé d'après ce qui allait devenir le 49e État des États-Unis, l'Alaska cuit a trouvé son nom à New York. Le dessert en forme d'igloo a été baptisé pour la première fois à la fin du XIXe siècle par Charles Ranhofer, chef de cuisine français de Delmonico's, l'un des restaurants les plus prestigieux de New York de 1837 à 1923. Le nom de Baked Alaska était censé honorer et commémorer l'achat des États-Unis. de l'Alaska en 1867.

Œufs Bénédicte

Qu'ils soient garnis de jambon, de bacon, de saumon ou d'épinards, tous les signes indiquent que New York est à l'origine des œufs préférés du brunch. Bien qu'on ne sache pas pour quel riche Benedict le plat a été nommé, le plat velouté et salé est probablement originaire de Delmonico ou du Waldorf dans les années 1890, bien que l'hôtel Hoffman et l'Union Club de New York le revendiquent également.

Nourriture d'Ellis Island

Qu'ont mangé les millions d'immigrants qui sont entrés aux États-Unis à Ellis Island entre 1892 et 1924 pour leur premier repas sur le sol américain ? Très probablement, ils ont acheté une boîte à lunch pour 50 cents ou un dollar, selon la taille. Certains repas en boîte comprenaient des sandwichs au rosbif, au jambon, au fromage ou à la bologne, tandis que d'autres comportaient des aliments comme une miche de pain, des sardines, des saucisses, des pommes, des bananes, des tartes et des gâteaux.

Taverne des Fraunces

Au milieu du XVIIIe siècle, les tavernes servaient de plus en plus de centres de vie communautaire. En fait, le général George Washington a renvoyé ses troupes à la fin de la guerre d'indépendance à Fraunces Tavern. Construite en 1719, la taverne est maintenant un musée et un restaurant dans le quartier financier ouvert aux Gothamites et aux touristes.

Fraunces Tavern est toujours un restaurant, ainsi qu'un musée, dans le quartier financier. Crédit : Copyright 2011 Dan Nguyen

Mayonnaise Hellmann's

Les racines crémeuses de la mayonnaise la plus vendue aux États-Unis se trouvent également à Gotham. Alors que Richard Hellman a commencé sa carrière dans la restauration avec sa femme à la tête d'une épicerie fine entre la 83e et la 84e rue à Manhattan, il a également développé la première mayonnaise de longue conservation. Il a commencé à le vendre en 1912 dans des bouteilles en verre apposées d'une étiquette comportant trois rubans bleus pour indiquer sa qualité "premier prix", que l'on trouve encore aujourd'hui dans les rayons des supermarchés.

Jane Nickerson

Souvent éclipsée par son successeur, Craig Claiborne, Jane Nickerson a été la première rédactrice culinaire du New York Times de 1942 à 1957. Sa chronique quotidienne était intitulée « News of Food ». Écrivant avec un sens aigu de l'éthique et de l'actualité, ses critiques ont ouvert la voie à l'expansion de la couverture alimentaire du Times.

Chaudrée de palourdes de Manhattan

Bien que son nom puisse suggérer le contraire, la chaudrée de palourdes de Manhattan n'a en fait aucun lien réel avec la ville de New York. Plat important dans la cuisine américaine ancienne, les chaudrées utilisaient efficacement (et délicieusement) les abondantes ressources de fruits de mer de la Nouvelle-Angleterre. La caractéristique déterminante (et très controversée) de la soupe de palourdes Manhattan est sa substitution de bouillon de tomate au lait.

La charcuterie de Katz

Bien connu comme le lieu du célèbre faux orgasme de Meg Ryan dans "Quand Harry rencontre Sally" (1989), Katz's a été fondé un siècle plus tôt en 1888. Servant des sandwichs garnis de charcuterie, Katz est devenu une entreprise rapide et savoureuse depuis. . Les chiffres des années 1950 ont affirmé que la charcuterie servait plus de 10 000 sandwichs par jour. Aujourd'hui, Katz's est même ouvert toute la nuit le week-end pour ceux qui cherchent à commander "ce qu'elle mange.


Gotham Gastronomy : 8 bouchées secrètes de New York

Avec 567 entrées, "Savoring Gotham: A Food Lover's Companion to New York City" sert un festin de connaissances gastronomiques pour les natifs de Gotham et les novices.

Édité par Andrew F. Smith et présentant les écrits de plus de 150 contributeurs, le tome comprend des entrées sur des aliments et des boissons remarquables, des restaurants et des bars, des sites et événements historiques, des cuisines, des personnalités et des marques des cinq arrondissements de la ville.

« Mentionnez la cuisine de New York, et la plupart des gens pensent aux restaurants chauffés à blanc du moment, avec leurs chefs célèbres avertis en matière de médias, leurs clients brillants et leurs prix exorbitants. Les restaurants haut de gamme sont depuis longtemps une partie passionnante du paysage culinaire de la ville, mais ils sont à l'extrémité du large éventail coloré des restaurants de New York », déclare Smith dans une introduction. "Les hauteurs étoilées sont des temples de la haute cuisine, comme Per Se et Le Bernardin, au bas de l'échelle, des chariots à hot-dogs et des camions à tacos mexicains à l'ancienne. Entre les deux, au cours des 300 dernières années, il y a eu toutes sortes de lieux de restauration : cafétérias, diners, luncheonettes, comptoirs de pharmacies, chaînes de restauration rapide, épiceries fines, cafés, cafés, bars à jus, beigneries, glaciers, bars à cocktails, bars de plongée et confiseries du coin, sans oublier les snack-bars des théâtres, supermarchés, marchés de producteurs, salles à manger de clubs sociaux, kiosques et distributeurs automatiques. Aujourd'hui, les New-Yorkais ont le choix entre plus de 50 000 restaurants.

Combinant l'histoire de l'alimentation avec les tendances culinaires actuelles, le texte explore abondamment les diverses cultures culinaires de la ville de New York, ainsi que ses contributions à la gastronomie mondiale. Un volume volumineux qui porte même un bagel new-yorkais sur sa colonne vertébrale, il en fait un membre élégamment habillé de toute bibliothèque gastronomique qui sera certainement référencé encore et encore. (Divulgation complète : je suis l'un des contributeurs du livre.)

Voici juste un avant-goût de "Savoring Gotham":

Alaska au four

Un délicieux amalgame de desserts, l'Alaska au four est un gâteau éponge garni de crème glacée et recouvert de délicats pics de meringue, dorés au four. Bien que nommé d'après ce qui allait devenir le 49e État des États-Unis, l'Alaska cuit a trouvé son nom à New York. Le dessert en forme d'igloo a été baptisé pour la première fois à la fin du XIXe siècle par Charles Ranhofer, chef de cuisine français de Delmonico's, l'un des restaurants les plus prestigieux de New York de 1837 à 1923. Le nom de Baked Alaska était censé honorer et commémorer l'achat des États-Unis. de l'Alaska en 1867.

Œufs Bénédicte

Qu'ils soient garnis de jambon, de bacon, de saumon ou d'épinards, tous les signes indiquent que New York est à l'origine des œufs préférés du brunch. Bien qu'on ne sache pas pour quel riche Benedict le plat a été nommé, le plat velouté et salé est probablement originaire de Delmonico ou du Waldorf dans les années 1890, bien que l'hôtel Hoffman et l'Union Club de New York le revendiquent également.

Nourriture d'Ellis Island

Qu'ont mangé les millions d'immigrants qui sont entrés aux États-Unis à Ellis Island entre 1892 et 1924 pour leur premier repas sur le sol américain ? Très probablement, ils ont acheté une boîte à lunch pour 50 cents ou un dollar, selon la taille. Certains repas en boîte comprenaient des sandwichs au rosbif, au jambon, au fromage ou à la bologne, tandis que d'autres comportaient des aliments comme une miche de pain, des sardines, des saucisses, des pommes, des bananes, des tartes et des gâteaux.

Taverne des Fraunces

Au milieu du XVIIIe siècle, les tavernes servaient de plus en plus de centres de vie communautaire. En fait, le général George Washington a renvoyé ses troupes à la fin de la guerre d'indépendance à Fraunces Tavern. Construite en 1719, la taverne est maintenant un musée et un restaurant dans le quartier financier ouvert aux Gothamites et aux touristes.

Fraunces Tavern est toujours un restaurant, ainsi qu'un musée, dans le quartier financier. Crédit : Copyright 2011 Dan Nguyen

Mayonnaise Hellmann's

Les racines crémeuses de la mayonnaise la plus vendue aux États-Unis se trouvent également à Gotham. Alors que Richard Hellman a commencé sa carrière dans la restauration avec sa femme à la tête d'une épicerie fine entre la 83e et la 84e rue à Manhattan, il a également développé la première mayonnaise de longue conservation. Il commence à le vendre en 1912 dans des bouteilles en verre sur lesquelles est apposée une étiquette à trois rubans bleus pour indiquer sa qualité « premier prix », que l'on trouve encore aujourd'hui dans les rayons des supermarchés.

Jane Nickerson

Souvent éclipsée par son successeur, Craig Claiborne, Jane Nickerson a été la première rédactrice culinaire du New York Times de 1942 à 1957. Sa chronique quotidienne était intitulée « News of Food ». Écrivant avec un sens aigu de l'éthique et de l'actualité, ses critiques ont ouvert la voie à l'expansion de la couverture alimentaire du Times.

Chaudrée de palourdes de Manhattan

Bien que son nom puisse suggérer le contraire, la chaudrée de palourdes de Manhattan n'a en fait aucun lien réel avec la ville de New York. Plat important dans la cuisine américaine ancienne, les chaudrées utilisaient efficacement (et délicieusement) les abondantes ressources de fruits de mer de la Nouvelle-Angleterre. La caractéristique déterminante (et très controversée) de la soupe de palourdes Manhattan est sa substitution de bouillon de tomate au lait.

La charcuterie de Katz

Bien connu comme le lieu du célèbre faux orgasme de Meg Ryan dans "Quand Harry rencontre Sally" (1989), Katz's a été fondé un siècle plus tôt en 1888. Servant des sandwichs garnis de charcuterie, Katz est devenu une entreprise rapide et savoureuse depuis. . Les chiffres des années 1950 ont affirmé que la charcuterie servait plus de 10 000 sandwichs par jour. Aujourd'hui, Katz's est même ouvert toute la nuit le week-end pour ceux qui cherchent à commander "ce qu'elle mange.


Gotham Gastronomy : 8 bouchées secrètes de New York

Avec 567 entrées, "Savoring Gotham: A Food Lover's Companion to New York City" sert un festin de connaissances gastronomiques pour les natifs de Gotham et les novices.

Édité par Andrew F. Smith et présentant les écrits de plus de 150 contributeurs, le tome comprend des entrées sur des aliments et des boissons remarquables, des restaurants et des bars, des sites et événements historiques, des cuisines, des personnalités et des marques des cinq arrondissements de la ville.

« Mentionnez la cuisine de New York, et la plupart des gens pensent aux restaurants chauffés à blanc du moment, avec leurs chefs célèbres avertis en matière de médias, leurs clients brillants et leurs prix exorbitants. Les restaurants haut de gamme sont depuis longtemps une partie passionnante du paysage culinaire de la ville, mais ils sont à l'extrémité du large éventail coloré des restaurants de New York », déclare Smith dans une introduction. "Les hauteurs étoilées sont des temples de la haute cuisine, comme Per Se et Le Bernardin, au bas de l'échelle, des chariots à hot-dogs et des camions à tacos mexicains à l'ancienne. Entre les deux, au cours des 300 dernières années, il y a eu toutes sortes de lieux de restauration : cafétérias, diners, luncheonettes, comptoirs de pharmacies, chaînes de restauration rapide, épiceries fines, cafés, cafés, bars à jus, beigneries, glaciers, bars à cocktails, bars de plongée et confiseries du coin, sans oublier les snack-bars des théâtres, supermarchés, marchés de producteurs, salles à manger de clubs sociaux, kiosques et distributeurs automatiques. Aujourd'hui, les New-Yorkais ont le choix entre plus de 50 000 restaurants.

Combinant l'histoire de l'alimentation avec les tendances culinaires actuelles, le texte explore abondamment les diverses cultures culinaires de la ville de New York, ainsi que ses contributions à la gastronomie mondiale. Un volume volumineux qui porte même un bagel new-yorkais sur la colonne vertébrale, il en fait un membre élégamment vêtu de toute bibliothèque gastronomique qui sera certainement référencé encore et encore. (Divulgation complète : je suis l'un des contributeurs du livre.)

Voici juste un avant-goût de "Savoring Gotham":

Alaska au four

Un délicieux amalgame de desserts, l'Alaska au four est un gâteau éponge garni de crème glacée et recouvert de délicats pics de meringue, dorés au four. Bien que nommé d'après ce qui allait devenir le 49e État des États-Unis, l'Alaska cuit a trouvé son nom à New York. Le dessert en forme d'igloo a été baptisé pour la première fois à la fin du XIXe siècle par Charles Ranhofer, chef de cuisine français de Delmonico's, l'un des restaurants les plus prestigieux de New York de 1837 à 1923. Le nom de Baked Alaska était censé honorer et commémorer l'achat des États-Unis. de l'Alaska en 1867.

Œufs Bénédicte

Qu'ils soient garnis de jambon, de bacon, de saumon ou d'épinards, tous les signes indiquent que New York est à l'origine des œufs préférés du brunch. Bien qu'on ne sache pas pour quel riche Benedict le plat a été nommé, le plat velouté et salé est probablement originaire de Delmonico ou du Waldorf dans les années 1890, bien que l'hôtel Hoffman et l'Union Club de New York le revendiquent également.

Nourriture d'Ellis Island

Qu'ont mangé les millions d'immigrants qui sont entrés aux États-Unis à Ellis Island entre 1892 et 1924 pour leur premier repas sur le sol américain ? Très probablement, ils ont acheté une boîte à lunch pour 50 cents ou un dollar, selon la taille. Certains repas en boîte comprenaient des sandwichs au rosbif, au jambon, au fromage ou à la bologne, tandis que d'autres comportaient des aliments comme une miche de pain, des sardines, des saucisses, des pommes, des bananes, des tartes et des gâteaux.

Taverne des Fraunces

Au milieu du XVIIIe siècle, les tavernes servaient de plus en plus de centres de vie communautaire. En fait, le général George Washington a renvoyé ses troupes à la fin de la guerre d'indépendance à Fraunces Tavern. Construite en 1719, la taverne est maintenant un musée et un restaurant dans le quartier financier ouvert aux Gothamites et aux touristes.

Fraunces Tavern est toujours un restaurant, ainsi qu'un musée, dans le quartier financier. Crédit : Copyright 2011 Dan Nguyen

Mayonnaise Hellmann's

Les racines crémeuses de la mayonnaise la plus vendue aux États-Unis se trouvent également à Gotham. Alors que Richard Hellman a commencé sa carrière dans la restauration avec sa femme à la tête d'une épicerie fine entre la 83e et la 84e rue à Manhattan, il a également développé la première mayonnaise de longue conservation. Il commence à le vendre en 1912 dans des bouteilles en verre sur lesquelles est apposée une étiquette à trois rubans bleus pour indiquer sa qualité « premier prix », que l'on trouve encore aujourd'hui dans les rayons des supermarchés.

Jane Nickerson

Souvent éclipsée par son successeur, Craig Claiborne, Jane Nickerson a été la première rédactrice culinaire du New York Times de 1942 à 1957. Sa chronique quotidienne était intitulée « News of Food ». Écrivant avec un sens aigu de l'éthique et de l'actualité, ses critiques ont ouvert la voie à l'expansion de la couverture alimentaire du Times.

Chaudrée de palourdes de Manhattan

Bien que son nom puisse suggérer le contraire, la chaudrée de palourdes de Manhattan n'a en fait aucun lien réel avec la ville de New York. Plat important dans la cuisine américaine ancienne, les chaudrées utilisaient efficacement (et délicieusement) les abondantes ressources de fruits de mer de la Nouvelle-Angleterre. La caractéristique déterminante (et très controversée) de la soupe de palourdes Manhattan est sa substitution de bouillon de tomate au lait.

La charcuterie de Katz

Bien connu comme le lieu du célèbre faux orgasme de Meg Ryan dans "When Harry Met Sally" (1989), Katz's a été fondé un siècle plus tôt en 1888. Servant des sandwichs garnis de charcuterie, Katz est devenu une entreprise rapide et savoureuse depuis. . Les chiffres des années 1950 ont affirmé que la charcuterie servait plus de 10 000 sandwichs par jour. Aujourd'hui, Katz's est même ouvert toute la nuit le week-end pour ceux qui cherchent à commander "ce qu'elle mange.


Gotham Gastronomy : 8 bouchées secrètes de New York

Avec 567 entrées, "Savoring Gotham: A Food Lover's Companion to New York City" sert un festin de connaissances gastronomiques pour les natifs de Gotham et les novices.

Édité par Andrew F. Smith et présentant les écrits de plus de 150 contributeurs, le tome comprend des entrées sur des aliments et des boissons remarquables, des restaurants et des bars, des sites et événements historiques, des cuisines, des personnalités et des marques des cinq arrondissements de la ville.

« Mentionnez la cuisine de New York, et la plupart des gens pensent aux restaurants chauffés à blanc du moment, avec leurs chefs célèbres avertis en matière de médias, leurs clients brillants et leurs prix exorbitants. Les restaurants haut de gamme sont depuis longtemps une partie passionnante du paysage culinaire de la ville, mais ils sont à l'extrémité du large éventail coloré des restaurants de New York », déclare Smith dans une introduction. "Les hauteurs étoilées sont des temples de la haute cuisine, comme Per Se et Le Bernardin, au bas de l'échelle, des chariots à hot-dogs et des camions à tacos mexicains à l'ancienne. Entre les deux, au cours des 300 dernières années, il y a eu toutes sortes de lieux de restauration : cafétérias, diners, luncheonettes, comptoirs de pharmacies, chaînes de restauration rapide, épiceries fines, cafés, cafés, bars à jus, beigneries, glaciers, bars à cocktails, bars de plongée et confiseries du coin, sans oublier les snack-bars des théâtres, supermarchés, marchés de producteurs, salles à manger de clubs sociaux, kiosques et distributeurs automatiques. Aujourd'hui, les New-Yorkais ont le choix entre plus de 50 000 restaurants.

Combinant l'histoire de l'alimentation avec les tendances culinaires actuelles, le texte explore abondamment les diverses cultures culinaires de la ville de New York, ainsi que ses contributions à la gastronomie mondiale. Un volume volumineux qui porte même un bagel new-yorkais sur la colonne vertébrale, il en fait un membre élégamment vêtu de toute bibliothèque gastronomique qui sera certainement référencé encore et encore. (Divulgation complète : je suis l'un des contributeurs du livre.)

Voici juste un avant-goût de "Savoring Gotham":

Alaska au four

Un délicieux amalgame de desserts, l'Alaska au four est un gâteau éponge garni de crème glacée et recouvert de délicats pics de meringue, dorés au four. Bien que nommé d'après ce qui allait devenir le 49e État des États-Unis, l'Alaska cuit a trouvé son nom à New York. Le dessert en forme d'igloo a été baptisé pour la première fois à la fin du XIXe siècle par Charles Ranhofer, chef de cuisine français de Delmonico's, l'un des restaurants les plus prestigieux de New York de 1837 à 1923. Le nom de Baked Alaska était censé honorer et commémorer l'achat des États-Unis. de l'Alaska en 1867.

Œufs Bénédicte

Qu'ils soient garnis de jambon, de bacon, de saumon ou d'épinards, tous les signes indiquent que New York est à l'origine des œufs préférés du brunch. Bien qu'on ne sache pas pour quel riche Benedict le plat a été nommé, le plat velouté et salé est probablement originaire de Delmonico ou du Waldorf dans les années 1890, bien que l'hôtel Hoffman et l'Union Club de New York le revendiquent également.

Nourriture d'Ellis Island

Qu'ont mangé les millions d'immigrants qui sont entrés aux États-Unis à Ellis Island entre 1892 et 1924 pour leur premier repas sur le sol américain ? Très probablement, ils ont acheté une boîte à lunch pour 50 cents ou un dollar, selon la taille. Certains repas en boîte comprenaient des sandwichs au rosbif, au jambon, au fromage ou à la bologne, tandis que d'autres comportaient des aliments comme une miche de pain, des sardines, des saucisses, des pommes, des bananes, des tartes et des gâteaux.

Taverne des Fraunces

Au milieu du XVIIIe siècle, les tavernes servaient de plus en plus de centres de vie communautaire. En fait, le général George Washington a renvoyé ses troupes à la fin de la guerre d'indépendance à Fraunces Tavern. Construite en 1719, la taverne est maintenant un musée et un restaurant dans le quartier financier ouvert aux Gothamites et aux touristes.

Fraunces Tavern est toujours un restaurant, ainsi qu'un musée, dans le quartier financier. Crédit : Copyright 2011 Dan Nguyen

Mayonnaise Hellmann's

Les racines crémeuses de la mayonnaise la plus vendue aux États-Unis se trouvent également à Gotham. Alors que Richard Hellman a commencé sa carrière dans la restauration avec sa femme à la tête d'une épicerie fine entre la 83e et la 84e rue à Manhattan, il a également développé la première mayonnaise de longue conservation. Il commence à le vendre en 1912 dans des bouteilles en verre sur lesquelles est apposée une étiquette à trois rubans bleus pour indiquer sa qualité « premier prix », que l'on trouve encore aujourd'hui dans les rayons des supermarchés.

Jane Nickerson

Souvent éclipsée par son successeur, Craig Claiborne, Jane Nickerson a été la première rédactrice culinaire du New York Times de 1942 à 1957. Sa chronique quotidienne était intitulée « News of Food ». Écrivant avec un sens aigu de l'éthique et de l'actualité, ses critiques ont ouvert la voie à l'expansion de la couverture alimentaire du Times.

Chaudrée de palourdes de Manhattan

Bien que son nom puisse suggérer le contraire, la chaudrée de palourdes de Manhattan n'a en fait aucun lien réel avec la ville de New York. Plat important dans la cuisine américaine ancienne, les chaudrées utilisaient efficacement (et délicieusement) les abondantes ressources de fruits de mer de la Nouvelle-Angleterre. La caractéristique déterminante (et très controversée) de la soupe de palourdes Manhattan est sa substitution de bouillon de tomate au lait.

La charcuterie de Katz

Bien connu comme le lieu du célèbre faux orgasme de Meg Ryan dans "When Harry Met Sally" (1989), Katz's a été fondé un siècle plus tôt en 1888. Servant des sandwichs garnis de charcuterie, Katz est devenu une entreprise rapide et savoureuse depuis. . Les chiffres des années 1950 ont affirmé que la charcuterie servait plus de 10 000 sandwichs par jour. Aujourd'hui, Katz's est même ouvert toute la nuit le week-end pour ceux qui cherchent à commander "ce qu'elle mange.


Gotham Gastronomy : 8 bouchées secrètes de New York

Avec 567 entrées, "Savoring Gotham: A Food Lover's Companion to New York City" sert un festin de connaissances gastronomiques pour les natifs de Gotham et les novices.

Édité par Andrew F. Smith et présentant les écrits de plus de 150 contributeurs, le tome comprend des entrées sur des aliments et des boissons remarquables, des restaurants et des bars, des sites et événements historiques, des cuisines, des personnalités et des marques des cinq arrondissements de la ville.

« Mentionnez la cuisine de New York, et la plupart des gens pensent aux restaurants chauffés à blanc du moment, avec leurs chefs célèbres avertis en matière de médias, leurs clients brillants et leurs prix exorbitants. Les restaurants haut de gamme sont depuis longtemps une partie passionnante du paysage culinaire de la ville, mais ils sont à l'extrémité du large éventail coloré des restaurants de New York », déclare Smith dans une introduction. "Les hauteurs étoilées sont des temples de la haute cuisine, comme Per Se et Le Bernardin, au bas de l'échelle, des chariots à hot-dogs et des camions à tacos mexicains à l'ancienne. Entre les deux, au cours des 300 dernières années, il y a eu toutes sortes de lieux de restauration : cafétérias, diners, luncheonettes, comptoirs de pharmacies, chaînes de restauration rapide, épiceries fines, cafés, cafés, bars à jus, beigneries, glaciers, bars à cocktails, bars de plongée et confiseries du coin, sans oublier les snack-bars des théâtres, supermarchés, marchés de producteurs, salles à manger de clubs sociaux, kiosques et distributeurs automatiques. Aujourd'hui, les New-Yorkais ont le choix entre plus de 50 000 restaurants.

Combinant l'histoire de l'alimentation avec les tendances culinaires actuelles, le texte explore abondamment les diverses cultures culinaires de la ville de New York, ainsi que ses contributions à la gastronomie mondiale. Un volume volumineux qui porte même un bagel new-yorkais sur la colonne vertébrale, il en fait un membre élégamment vêtu de toute bibliothèque gastronomique qui sera certainement référencé encore et encore. (Divulgation complète : je suis l'un des contributeurs du livre.)

Voici juste un avant-goût de "Savoring Gotham":

Alaska au four

Un délicieux amalgame de desserts, l'Alaska au four est un gâteau éponge garni de crème glacée et recouvert de délicats pics de meringue, dorés au four. Bien que nommé d'après ce qui allait devenir le 49e État des États-Unis, l'Alaska cuit a trouvé son nom à New York. Le dessert en forme d'igloo a été baptisé pour la première fois à la fin du XIXe siècle par Charles Ranhofer, chef de cuisine français de Delmonico's, l'un des restaurants les plus prestigieux de New York de 1837 à 1923. Le nom de Baked Alaska était censé honorer et commémorer l'achat des États-Unis. de l'Alaska en 1867.

Œufs Bénédicte

Qu'ils soient garnis de jambon, de bacon, de saumon ou d'épinards, tous les signes indiquent que New York est à l'origine des œufs préférés du brunch. Bien qu'on ne sache pas pour quel riche Benedict le plat a été nommé, le plat velouté et salé est probablement originaire de Delmonico ou du Waldorf dans les années 1890, bien que l'hôtel Hoffman et l'Union Club de New York le revendiquent également.

Nourriture d'Ellis Island

Qu'ont mangé les millions d'immigrants qui sont entrés aux États-Unis à Ellis Island entre 1892 et 1924 pour leur premier repas sur le sol américain ? Très probablement, ils ont acheté une boîte à lunch pour 50 cents ou un dollar, selon la taille. Certains repas en boîte comprenaient des sandwichs au rosbif, au jambon, au fromage ou à la bologne, tandis que d'autres comportaient des aliments comme une miche de pain, des sardines, des saucisses, des pommes, des bananes, des tartes et des gâteaux.

Taverne des Fraunces

Au milieu du XVIIIe siècle, les tavernes servaient de plus en plus de centres de vie communautaire. En fait, le général George Washington a renvoyé ses troupes à la fin de la guerre d'indépendance à Fraunces Tavern. Construite en 1719, la taverne est maintenant un musée et un restaurant dans le quartier financier ouvert aux Gothamites et aux touristes.

Fraunces Tavern est toujours un restaurant, ainsi qu'un musée, dans le quartier financier. Crédit : Copyright 2011 Dan Nguyen

Mayonnaise Hellmann's

Les racines crémeuses de la mayonnaise la plus vendue aux États-Unis se trouvent également à Gotham. Alors que Richard Hellman a commencé sa carrière dans la restauration avec sa femme à la tête d'une épicerie fine entre la 83e et la 84e rue à Manhattan, il a également développé la première mayonnaise de longue conservation. Il commence à le vendre en 1912 dans des bouteilles en verre sur lesquelles est apposée une étiquette à trois rubans bleus pour indiquer sa qualité « premier prix », que l'on trouve encore aujourd'hui dans les rayons des supermarchés.

Jane Nickerson

Souvent éclipsée par son successeur, Craig Claiborne, Jane Nickerson a été la première rédactrice culinaire du New York Times de 1942 à 1957. Sa chronique quotidienne était intitulée « News of Food ». Écrivant avec un sens aigu de l'éthique et de l'actualité, ses critiques ont ouvert la voie à l'expansion de la couverture alimentaire du Times.

Chaudrée de palourdes de Manhattan

Bien que son nom puisse suggérer le contraire, la chaudrée de palourdes de Manhattan n'a en fait aucun lien réel avec la ville de New York. Plat important dans la cuisine américaine ancienne, les chaudrées utilisaient efficacement (et délicieusement) les abondantes ressources de fruits de mer de la Nouvelle-Angleterre. La caractéristique déterminante (et très controversée) de la soupe de palourdes Manhattan est sa substitution de bouillon de tomate au lait.

La charcuterie de Katz

Bien connu comme le lieu du célèbre faux orgasme de Meg Ryan dans "When Harry Met Sally" (1989), Katz's a été fondé un siècle plus tôt en 1888. Servant des sandwichs garnis de charcuterie, Katz est devenu une entreprise rapide et savoureuse depuis. . Les chiffres des années 1950 ont affirmé que la charcuterie servait plus de 10 000 sandwichs par jour. Aujourd'hui, Katz's est même ouvert toute la nuit le week-end pour ceux qui cherchent à commander "ce qu'elle mange.


Gotham Gastronomy : 8 bouchées secrètes de New York

Avec 567 entrées, "Savoring Gotham: A Food Lover's Companion to New York City" sert un festin de connaissances gastronomiques pour les natifs de Gotham et les novices.

Édité par Andrew F. Smith et présentant les écrits de plus de 150 contributeurs, le tome comprend des entrées sur des aliments et des boissons remarquables, des restaurants et des bars, des sites et événements historiques, des cuisines, des personnalités et des marques des cinq arrondissements de la ville.

« Mentionnez la cuisine de New York, et la plupart des gens pensent aux restaurants chauffés à blanc du moment, avec leurs chefs célèbres avertis en matière de médias, leurs clients brillants et leurs prix exorbitants. Les restaurants haut de gamme sont depuis longtemps une partie passionnante du paysage culinaire de la ville, mais ils sont à l'extrémité du large éventail coloré des restaurants de New York », déclare Smith dans une introduction. "Les hauteurs étoilées sont des temples de la haute cuisine, comme Per Se et Le Bernardin, au bas de l'échelle, des chariots à hot-dogs et des camions à tacos mexicains à l'ancienne. Entre les deux, au cours des 300 dernières années, il y a eu toutes sortes de lieux de restauration : cafétérias, diners, luncheonettes, comptoirs de pharmacies, chaînes de restauration rapide, épiceries fines, cafés, cafés, bars à jus, beigneries, glaciers, bars à cocktails, bars de plongée et confiseries du coin, sans oublier les snack-bars des théâtres, supermarchés, marchés de producteurs, salles à manger de clubs sociaux, kiosques et distributeurs automatiques. Aujourd'hui, les New-Yorkais ont le choix entre plus de 50 000 restaurants.

Combinant l'histoire de l'alimentation avec les tendances culinaires actuelles, le texte explore abondamment les diverses cultures culinaires de la ville de New York, ainsi que ses contributions à la gastronomie mondiale. Un volume volumineux qui porte même un bagel new-yorkais sur la colonne vertébrale, il en fait un membre élégamment vêtu de toute bibliothèque gastronomique qui sera certainement référencé encore et encore. (Divulgation complète : je suis l'un des contributeurs du livre.)

Voici juste un avant-goût de "Savoring Gotham":

Alaska au four

Un délicieux amalgame de desserts, l'Alaska au four est un gâteau éponge garni de crème glacée et recouvert de délicats pics de meringue, dorés au four. Bien que nommé d'après ce qui allait devenir le 49e État des États-Unis, l'Alaska cuit a trouvé son nom à New York. Le dessert en forme d'igloo a été baptisé pour la première fois à la fin du XIXe siècle par Charles Ranhofer, chef de cuisine français de Delmonico's, l'un des restaurants les plus prestigieux de New York de 1837 à 1923. Le nom de Baked Alaska était censé honorer et commémorer l'achat des États-Unis. de l'Alaska en 1867.

Œufs Bénédicte

Qu'ils soient garnis de jambon, de bacon, de saumon ou d'épinards, tous les signes indiquent que New York est à l'origine des œufs préférés du brunch. Bien qu'on ne sache pas pour quel riche Benedict le plat a été nommé, le plat velouté et salé est probablement originaire de Delmonico ou du Waldorf dans les années 1890, bien que l'hôtel Hoffman et l'Union Club de New York le revendiquent également.

Nourriture d'Ellis Island

What did the millions of immigrants who entered the United States at Ellis Island between 1892 and 1924 eat for their first meal on American soil? Most likely they purchased a boxed lunch for 50 cents or a dollar, depending upon the size. Some boxed meals included roast beef, ham, cheese or bologna sandwiches, while others featured foods like a loaf of bread, sardines, sausages, apples, bananas, pies and cakes.

Fraunces Tavern

By the mid-18th century, taverns increasingly served as centers of community life. In fact, General George Washington dismissed his troops at the end of the Revolutionary War at Fraunces Tavern. Built in 1719, the tavern is now a museum and restaurant in the financial district open for Gothamites and tourists alike to visit.

Fraunces Tavern is still a restaurant, as well as a museum, in the financial district. Credit: Copyright 2011 Dan Nguyen

Hellmann's Mayonnaise

The creamy roots of America's best-selling mayonnaise are also in Gotham. While Richard Hellman began his food career with his wife running a delicatessen between 83rd and 84th Streets in Manhattan, he also developed the first shelf-stable mayonnaise. He began selling it in 1912 in glass bottles affixed with a label featuring three blue ribbons to indicate its "first prize" quality, which can still be found on supermarket shelves today.

Jane Nickerson

Often overshadowed by her successor, Craig Claiborne, Jane Nickerson was The New York Times' first food editor from 1942 to 1957. Her daily column was titled, "News of Food." Writing with a strong sense of ethics and news, her reviews paved the way for the Times' expanding food coverage.

Manhattan Clam Chowder

Although its name might suggest otherwise, Manhattan clam chowder actually has no real connection to New York City. An important dish in early American cuisine, chowders made effective (and delicious) use of New England's plentiful seafood resources. Manhattan clam chowder's defining (and highly contentious) characteristic is its substitution of tomato broth for milk.

Katz's Delicatessen

Well-known as the location of Meg Ryan's famous faux orgasm in "When Harry Met Sally" (1989), Katz's was founded a century earlier in 1888. Serving sandwiches topped high with cured meats, Katz has been turning swift and savory business ever since. Figures from the 1950s claimed the deli served more than 10,000 sandwiches a day. Today, Katz's is even open all night long on weekends for those looking to order "what she's having.


Gotham Gastronomy: 8 Secret New York Food Bites

Boasting 567 entries, "Savoring Gotham: A Food Lover's Companion to New York City" serves up a feast of foodie knowledge for the Gotham native and novice alike.

Edited by Andrew F. Smith and featuring the writing of more than 150 contributors, the tome includes entries on notable foods and beverages, restaurants and bars, historical sites and events, cuisines, personalities and brands from throughout the city's five boroughs.

"Mention New York City food, and most people think of the white-hot restaurants of the moment, with their media-savvy celebrity chefs, glittering patrons and sky-high prices. Upscale restaurants have long been an exciting part of the city's foodscape, but they are at one far end of the broad, colorful spectrum of New York eateries," Smith says in an introduction. "Inhabiting the starry heights are temples of haute cuisine, such as Per Se and Le Bernardin at the low end are hot dog carts and old-school Mexican taco trucks. In between, over the past 300 years, have been all kinds of eating places: cafeterias, diners, luncheonettes, drugstore counters, fast-food chains, delis, cafes, coffee shops, juice bars, doughnut shops, ice cream parlors, cocktail lounges, dive bars, and corner sweet shops, not to mention theater snack bars, supermarket delis, farmers markets, social club dining rooms, kiosks and vending machines. Today, New Yorkers have more 50,000 eating places to choose from."

Combining food history with current culinary trends, the text richly explores New York City's diverse food cultures, as well as its contributions to global gastronomy. A hefty volume that even dons a New York bagel on its spine, it makes for a smartly dressed member of any foodie library sure to be referenced again and again. (Full disclosure: I am one of the book's contributors.)

Here's just a taste of "Savoring Gotham":

Baked Alaska

A delightful amalgamation of dessert foods, baked Alaska is a sponge cake topped with ice cream and covered with delicate peaks of meringue, browned in the oven. Although named for what would become the United States' 49th state, baked Alaska found its name in New York City. The igloo-shaped dessert was first christened in the late 19th century by Charles Ranhofer, French chef de cuisine of Delmonico's, one of New York's most prestigious restaurants from 1837 to 1923. Baked Alaska's naming was purportedly to honor and commemorate the United States' purchase of Alaska in 1867.

Eggs Benedict

Whether topped with ham, bacon, salmon or spinach, all signs point to New York City as the origin of brunch favorite eggs benny. While it is unknown for which wealthy Benedict the dish was named, the velvety and savory dish probably originated at Delmonico's or The Waldorf in the 1890s, though New York's Hoffman Hotel and Union Club both lay claim to it as well.

Ellis Island Food

What did the millions of immigrants who entered the United States at Ellis Island between 1892 and 1924 eat for their first meal on American soil? Most likely they purchased a boxed lunch for 50 cents or a dollar, depending upon the size. Some boxed meals included roast beef, ham, cheese or bologna sandwiches, while others featured foods like a loaf of bread, sardines, sausages, apples, bananas, pies and cakes.

Fraunces Tavern

By the mid-18th century, taverns increasingly served as centers of community life. In fact, General George Washington dismissed his troops at the end of the Revolutionary War at Fraunces Tavern. Built in 1719, the tavern is now a museum and restaurant in the financial district open for Gothamites and tourists alike to visit.

Fraunces Tavern is still a restaurant, as well as a museum, in the financial district. Credit: Copyright 2011 Dan Nguyen

Hellmann's Mayonnaise

The creamy roots of America's best-selling mayonnaise are also in Gotham. While Richard Hellman began his food career with his wife running a delicatessen between 83rd and 84th Streets in Manhattan, he also developed the first shelf-stable mayonnaise. He began selling it in 1912 in glass bottles affixed with a label featuring three blue ribbons to indicate its "first prize" quality, which can still be found on supermarket shelves today.

Jane Nickerson

Often overshadowed by her successor, Craig Claiborne, Jane Nickerson was The New York Times' first food editor from 1942 to 1957. Her daily column was titled, "News of Food." Writing with a strong sense of ethics and news, her reviews paved the way for the Times' expanding food coverage.

Manhattan Clam Chowder

Although its name might suggest otherwise, Manhattan clam chowder actually has no real connection to New York City. An important dish in early American cuisine, chowders made effective (and delicious) use of New England's plentiful seafood resources. Manhattan clam chowder's defining (and highly contentious) characteristic is its substitution of tomato broth for milk.

Katz's Delicatessen

Well-known as the location of Meg Ryan's famous faux orgasm in "When Harry Met Sally" (1989), Katz's was founded a century earlier in 1888. Serving sandwiches topped high with cured meats, Katz has been turning swift and savory business ever since. Figures from the 1950s claimed the deli served more than 10,000 sandwiches a day. Today, Katz's is even open all night long on weekends for those looking to order "what she's having.


Gotham Gastronomy: 8 Secret New York Food Bites

Boasting 567 entries, "Savoring Gotham: A Food Lover's Companion to New York City" serves up a feast of foodie knowledge for the Gotham native and novice alike.

Edited by Andrew F. Smith and featuring the writing of more than 150 contributors, the tome includes entries on notable foods and beverages, restaurants and bars, historical sites and events, cuisines, personalities and brands from throughout the city's five boroughs.

"Mention New York City food, and most people think of the white-hot restaurants of the moment, with their media-savvy celebrity chefs, glittering patrons and sky-high prices. Upscale restaurants have long been an exciting part of the city's foodscape, but they are at one far end of the broad, colorful spectrum of New York eateries," Smith says in an introduction. "Inhabiting the starry heights are temples of haute cuisine, such as Per Se and Le Bernardin at the low end are hot dog carts and old-school Mexican taco trucks. In between, over the past 300 years, have been all kinds of eating places: cafeterias, diners, luncheonettes, drugstore counters, fast-food chains, delis, cafes, coffee shops, juice bars, doughnut shops, ice cream parlors, cocktail lounges, dive bars, and corner sweet shops, not to mention theater snack bars, supermarket delis, farmers markets, social club dining rooms, kiosks and vending machines. Today, New Yorkers have more 50,000 eating places to choose from."

Combining food history with current culinary trends, the text richly explores New York City's diverse food cultures, as well as its contributions to global gastronomy. A hefty volume that even dons a New York bagel on its spine, it makes for a smartly dressed member of any foodie library sure to be referenced again and again. (Full disclosure: I am one of the book's contributors.)

Here's just a taste of "Savoring Gotham":

Baked Alaska

A delightful amalgamation of dessert foods, baked Alaska is a sponge cake topped with ice cream and covered with delicate peaks of meringue, browned in the oven. Although named for what would become the United States' 49th state, baked Alaska found its name in New York City. The igloo-shaped dessert was first christened in the late 19th century by Charles Ranhofer, French chef de cuisine of Delmonico's, one of New York's most prestigious restaurants from 1837 to 1923. Baked Alaska's naming was purportedly to honor and commemorate the United States' purchase of Alaska in 1867.

Eggs Benedict

Whether topped with ham, bacon, salmon or spinach, all signs point to New York City as the origin of brunch favorite eggs benny. While it is unknown for which wealthy Benedict the dish was named, the velvety and savory dish probably originated at Delmonico's or The Waldorf in the 1890s, though New York's Hoffman Hotel and Union Club both lay claim to it as well.

Ellis Island Food

What did the millions of immigrants who entered the United States at Ellis Island between 1892 and 1924 eat for their first meal on American soil? Most likely they purchased a boxed lunch for 50 cents or a dollar, depending upon the size. Some boxed meals included roast beef, ham, cheese or bologna sandwiches, while others featured foods like a loaf of bread, sardines, sausages, apples, bananas, pies and cakes.

Fraunces Tavern

By the mid-18th century, taverns increasingly served as centers of community life. In fact, General George Washington dismissed his troops at the end of the Revolutionary War at Fraunces Tavern. Built in 1719, the tavern is now a museum and restaurant in the financial district open for Gothamites and tourists alike to visit.

Fraunces Tavern is still a restaurant, as well as a museum, in the financial district. Credit: Copyright 2011 Dan Nguyen

Hellmann's Mayonnaise

The creamy roots of America's best-selling mayonnaise are also in Gotham. While Richard Hellman began his food career with his wife running a delicatessen between 83rd and 84th Streets in Manhattan, he also developed the first shelf-stable mayonnaise. He began selling it in 1912 in glass bottles affixed with a label featuring three blue ribbons to indicate its "first prize" quality, which can still be found on supermarket shelves today.

Jane Nickerson

Often overshadowed by her successor, Craig Claiborne, Jane Nickerson was The New York Times' first food editor from 1942 to 1957. Her daily column was titled, "News of Food." Writing with a strong sense of ethics and news, her reviews paved the way for the Times' expanding food coverage.

Manhattan Clam Chowder

Although its name might suggest otherwise, Manhattan clam chowder actually has no real connection to New York City. An important dish in early American cuisine, chowders made effective (and delicious) use of New England's plentiful seafood resources. Manhattan clam chowder's defining (and highly contentious) characteristic is its substitution of tomato broth for milk.

Katz's Delicatessen

Well-known as the location of Meg Ryan's famous faux orgasm in "When Harry Met Sally" (1989), Katz's was founded a century earlier in 1888. Serving sandwiches topped high with cured meats, Katz has been turning swift and savory business ever since. Figures from the 1950s claimed the deli served more than 10,000 sandwiches a day. Today, Katz's is even open all night long on weekends for those looking to order "what she's having.


Gotham Gastronomy: 8 Secret New York Food Bites

Boasting 567 entries, "Savoring Gotham: A Food Lover's Companion to New York City" serves up a feast of foodie knowledge for the Gotham native and novice alike.

Edited by Andrew F. Smith and featuring the writing of more than 150 contributors, the tome includes entries on notable foods and beverages, restaurants and bars, historical sites and events, cuisines, personalities and brands from throughout the city's five boroughs.

"Mention New York City food, and most people think of the white-hot restaurants of the moment, with their media-savvy celebrity chefs, glittering patrons and sky-high prices. Upscale restaurants have long been an exciting part of the city's foodscape, but they are at one far end of the broad, colorful spectrum of New York eateries," Smith says in an introduction. "Inhabiting the starry heights are temples of haute cuisine, such as Per Se and Le Bernardin at the low end are hot dog carts and old-school Mexican taco trucks. In between, over the past 300 years, have been all kinds of eating places: cafeterias, diners, luncheonettes, drugstore counters, fast-food chains, delis, cafes, coffee shops, juice bars, doughnut shops, ice cream parlors, cocktail lounges, dive bars, and corner sweet shops, not to mention theater snack bars, supermarket delis, farmers markets, social club dining rooms, kiosks and vending machines. Today, New Yorkers have more 50,000 eating places to choose from."

Combining food history with current culinary trends, the text richly explores New York City's diverse food cultures, as well as its contributions to global gastronomy. A hefty volume that even dons a New York bagel on its spine, it makes for a smartly dressed member of any foodie library sure to be referenced again and again. (Full disclosure: I am one of the book's contributors.)

Here's just a taste of "Savoring Gotham":

Baked Alaska

A delightful amalgamation of dessert foods, baked Alaska is a sponge cake topped with ice cream and covered with delicate peaks of meringue, browned in the oven. Although named for what would become the United States' 49th state, baked Alaska found its name in New York City. The igloo-shaped dessert was first christened in the late 19th century by Charles Ranhofer, French chef de cuisine of Delmonico's, one of New York's most prestigious restaurants from 1837 to 1923. Baked Alaska's naming was purportedly to honor and commemorate the United States' purchase of Alaska in 1867.

Eggs Benedict

Whether topped with ham, bacon, salmon or spinach, all signs point to New York City as the origin of brunch favorite eggs benny. While it is unknown for which wealthy Benedict the dish was named, the velvety and savory dish probably originated at Delmonico's or The Waldorf in the 1890s, though New York's Hoffman Hotel and Union Club both lay claim to it as well.

Ellis Island Food

What did the millions of immigrants who entered the United States at Ellis Island between 1892 and 1924 eat for their first meal on American soil? Most likely they purchased a boxed lunch for 50 cents or a dollar, depending upon the size. Some boxed meals included roast beef, ham, cheese or bologna sandwiches, while others featured foods like a loaf of bread, sardines, sausages, apples, bananas, pies and cakes.

Fraunces Tavern

By the mid-18th century, taverns increasingly served as centers of community life. In fact, General George Washington dismissed his troops at the end of the Revolutionary War at Fraunces Tavern. Built in 1719, the tavern is now a museum and restaurant in the financial district open for Gothamites and tourists alike to visit.

Fraunces Tavern is still a restaurant, as well as a museum, in the financial district. Credit: Copyright 2011 Dan Nguyen

Hellmann's Mayonnaise

The creamy roots of America's best-selling mayonnaise are also in Gotham. While Richard Hellman began his food career with his wife running a delicatessen between 83rd and 84th Streets in Manhattan, he also developed the first shelf-stable mayonnaise. He began selling it in 1912 in glass bottles affixed with a label featuring three blue ribbons to indicate its "first prize" quality, which can still be found on supermarket shelves today.

Jane Nickerson

Often overshadowed by her successor, Craig Claiborne, Jane Nickerson was The New York Times' first food editor from 1942 to 1957. Her daily column was titled, "News of Food." Writing with a strong sense of ethics and news, her reviews paved the way for the Times' expanding food coverage.

Manhattan Clam Chowder

Although its name might suggest otherwise, Manhattan clam chowder actually has no real connection to New York City. An important dish in early American cuisine, chowders made effective (and delicious) use of New England's plentiful seafood resources. Manhattan clam chowder's defining (and highly contentious) characteristic is its substitution of tomato broth for milk.

Katz's Delicatessen

Well-known as the location of Meg Ryan's famous faux orgasm in "When Harry Met Sally" (1989), Katz's was founded a century earlier in 1888. Serving sandwiches topped high with cured meats, Katz has been turning swift and savory business ever since. Figures from the 1950s claimed the deli served more than 10,000 sandwiches a day. Today, Katz's is even open all night long on weekends for those looking to order "what she's having.


Gotham Gastronomy: 8 Secret New York Food Bites

Boasting 567 entries, "Savoring Gotham: A Food Lover's Companion to New York City" serves up a feast of foodie knowledge for the Gotham native and novice alike.

Edited by Andrew F. Smith and featuring the writing of more than 150 contributors, the tome includes entries on notable foods and beverages, restaurants and bars, historical sites and events, cuisines, personalities and brands from throughout the city's five boroughs.

"Mention New York City food, and most people think of the white-hot restaurants of the moment, with their media-savvy celebrity chefs, glittering patrons and sky-high prices. Upscale restaurants have long been an exciting part of the city's foodscape, but they are at one far end of the broad, colorful spectrum of New York eateries," Smith says in an introduction. "Inhabiting the starry heights are temples of haute cuisine, such as Per Se and Le Bernardin at the low end are hot dog carts and old-school Mexican taco trucks. In between, over the past 300 years, have been all kinds of eating places: cafeterias, diners, luncheonettes, drugstore counters, fast-food chains, delis, cafes, coffee shops, juice bars, doughnut shops, ice cream parlors, cocktail lounges, dive bars, and corner sweet shops, not to mention theater snack bars, supermarket delis, farmers markets, social club dining rooms, kiosks and vending machines. Today, New Yorkers have more 50,000 eating places to choose from."

Combining food history with current culinary trends, the text richly explores New York City's diverse food cultures, as well as its contributions to global gastronomy. A hefty volume that even dons a New York bagel on its spine, it makes for a smartly dressed member of any foodie library sure to be referenced again and again. (Full disclosure: I am one of the book's contributors.)

Here's just a taste of "Savoring Gotham":

Baked Alaska

A delightful amalgamation of dessert foods, baked Alaska is a sponge cake topped with ice cream and covered with delicate peaks of meringue, browned in the oven. Although named for what would become the United States' 49th state, baked Alaska found its name in New York City. The igloo-shaped dessert was first christened in the late 19th century by Charles Ranhofer, French chef de cuisine of Delmonico's, one of New York's most prestigious restaurants from 1837 to 1923. Baked Alaska's naming was purportedly to honor and commemorate the United States' purchase of Alaska in 1867.

Eggs Benedict

Whether topped with ham, bacon, salmon or spinach, all signs point to New York City as the origin of brunch favorite eggs benny. While it is unknown for which wealthy Benedict the dish was named, the velvety and savory dish probably originated at Delmonico's or The Waldorf in the 1890s, though New York's Hoffman Hotel and Union Club both lay claim to it as well.

Ellis Island Food

What did the millions of immigrants who entered the United States at Ellis Island between 1892 and 1924 eat for their first meal on American soil? Most likely they purchased a boxed lunch for 50 cents or a dollar, depending upon the size. Some boxed meals included roast beef, ham, cheese or bologna sandwiches, while others featured foods like a loaf of bread, sardines, sausages, apples, bananas, pies and cakes.

Fraunces Tavern

By the mid-18th century, taverns increasingly served as centers of community life. In fact, General George Washington dismissed his troops at the end of the Revolutionary War at Fraunces Tavern. Built in 1719, the tavern is now a museum and restaurant in the financial district open for Gothamites and tourists alike to visit.

Fraunces Tavern is still a restaurant, as well as a museum, in the financial district. Credit: Copyright 2011 Dan Nguyen

Hellmann's Mayonnaise

The creamy roots of America's best-selling mayonnaise are also in Gotham. While Richard Hellman began his food career with his wife running a delicatessen between 83rd and 84th Streets in Manhattan, he also developed the first shelf-stable mayonnaise. He began selling it in 1912 in glass bottles affixed with a label featuring three blue ribbons to indicate its "first prize" quality, which can still be found on supermarket shelves today.

Jane Nickerson

Often overshadowed by her successor, Craig Claiborne, Jane Nickerson was The New York Times' first food editor from 1942 to 1957. Her daily column was titled, "News of Food." Writing with a strong sense of ethics and news, her reviews paved the way for the Times' expanding food coverage.

Manhattan Clam Chowder

Although its name might suggest otherwise, Manhattan clam chowder actually has no real connection to New York City. An important dish in early American cuisine, chowders made effective (and delicious) use of New England's plentiful seafood resources. Manhattan clam chowder's defining (and highly contentious) characteristic is its substitution of tomato broth for milk.

Katz's Delicatessen

Well-known as the location of Meg Ryan's famous faux orgasm in "When Harry Met Sally" (1989), Katz's was founded a century earlier in 1888. Serving sandwiches topped high with cured meats, Katz has been turning swift and savory business ever since. Figures from the 1950s claimed the deli served more than 10,000 sandwiches a day. Today, Katz's is even open all night long on weekends for those looking to order "what she's having.


Voir la vidéo: HUSTLER LOVE Très bon Film. deal. drogue Full HD 1080p (Décembre 2021).